Skip to main content
Nous publions des mises à jour fréquentes de notre documentation, et la traduction de cette page peut encore être en cours. Pour obtenir les informations les plus actuelles, consultez la documentation anglaise.

Création de conteneurs de service PostgreSQL

Vous pouvez créer un conteneur de service PostgreSQL à utiliser dans votre workflow. Ce guide montre des exemples de création d’un service PostgreSQL pour des travaux qui s’exécutent dans des conteneurs ou directement sur la machine d’exécuteur.

Introduction

Ce guide présente des exemples de workflow qui configurent un conteneur de service à l’aide de l’image Docker Hub postgres. Le workflow exécute un script qui se connecte au service PostgreSQL, crée une table, puis la remplit avec des données. Pour tester que le workflow crée et remplit la table PostgreSQL, le script affiche les données de la table sur la console.

Remarque : Si vos workflows utilisent des actions de conteneur Docker, des conteneurs de travaux ou des conteneurs de services, vous devez utiliser un exécuteur Linux :

  • Si vous utilisez des exécuteurs hébergés sur GitHub, vous devez utiliser un exécuteur Ubuntu.
  • Si vous utilisez des exécuteurs autohébergés, vous devez utiliser une machine Linux en tant qu’exécuteur, et Docker doit être installé.

Prérequis

Vous devez connaître le fonctionnement des conteneurs de service avec GitHub Actions et les différences de réseau entre une exécution directe des travaux sur l’exécuteur ou dans un conteneur. Pour plus d’informations, consultez « À propos des conteneurs de service ».

Vous pouvez également trouver utile de disposer d’une connaissance élémentaire de YAML, de la syntaxe de GitHub Actions et de PostgreSQL. Pour plus d'informations, consultez les pages suivantes :

Exécution de travaux dans des conteneurs

La configuration de travaux à exécuter dans un conteneur simplifie la mise en réseau des configurations entre le travail et les conteneurs de service. Les conteneurs Docker d’un même réseau de pont défini par l’utilisateur exposent tous les ports les uns aux autres. Vous n’avez donc pas besoin de mapper les ports des conteneurs de service à l’hôte Docker. Vous pouvez accéder au conteneur de service à partir du conteneur de travaux à l’aide de l’étiquette que vous configurez dans le workflow.

Vous pouvez copier ce fichier de workflow dans le répertoire .github/workflows de votre dépôt et le modifier selon vos besoins.

YAML
name: PostgreSQL service example
on: push

jobs:
  # Label of the container job
  container-job:
    # Containers must run in Linux based operating systems
    runs-on: ubuntu-latest
    # Docker Hub image that `container-job` executes in
    container: node:10.18-jessie

    # Service containers to run with `container-job`
    services:
      # Label used to access the service container
      postgres:
        # Docker Hub image
        image: postgres
        # Provide the password for postgres
        env:
          POSTGRES_PASSWORD: postgres
        # Set health checks to wait until postgres has started
        options: >-
          --health-cmd pg_isready
          --health-interval 10s
          --health-timeout 5s
          --health-retries 5

    steps:
      # Downloads a copy of the code in your repository before running CI tests
      - name: Check out repository code
        uses: actions/checkout@v3

      # Performs a clean installation of all dependencies in the `package.json` file
      # For more information, see https://docs.npmjs.com/cli/ci.html
      - name: Install dependencies
        run: npm ci

      - name: Connect to PostgreSQL
        # Runs a script that creates a PostgreSQL table, populates
        # the table with data, and then retrieves the data.
        run: node client.js
        # Environment variables used by the `client.js` script to create a new PostgreSQL table.
        env:
          # The hostname used to communicate with the PostgreSQL service container
          POSTGRES_HOST: postgres
          # The default PostgreSQL port
          POSTGRES_PORT: 5432

Configuration du travail de l’exécuteur

Ce workflow configure un travail qui s’exécute dans le conteneur node:10.18-jessie et qui utilise ubuntu-latest, l’exécuteur hébergé sur GitHub en tant qu’hôte Docker pour le conteneur. Pour plus d’informations sur le conteneur node:10.18-jessie, consultez l’image node sur Docker Hub.

Le workflow configure un conteneur de service avec l’étiquette postgres. Tous les services doivent s’exécuter dans un conteneur ; ainsi, chaque service exige que vous spécifiiez le conteneur image. Cet exemple utilise l’image conteneur postgres, fournit le mot de passe PostgreSQL par défaut et inclut des options de contrôle d’intégrité pour vous assurer que le service est en cours d’exécution. Pour plus d’informations, consultez l’image postgres sur Docker Hub.

YAML
jobs:
  # Label of the container job
  container-job:
    # Containers must run in Linux based operating systems
    runs-on: ubuntu-latest
    # Docker Hub image that `container-job` executes in
    container: node:10.18-jessie

    # Service containers to run with `container-job`
    services:
      # Label used to access the service container
      postgres:
        # Docker Hub image
        image: postgres
        # Provide the password for postgres
        env:
          POSTGRES_PASSWORD: postgres
        # Set health checks to wait until postgres has started
        options: >-
          --health-cmd pg_isready
          --health-interval 10s
          --health-timeout 5s
          --health-retries 5

Configuration des étapes

Le workflow effectue les étapes suivantes :

  1. Il extrait le dépôt sur l’exécuteur.
  2. Il installe des dépendances.
  3. Il exécute un script pour créer un client.
YAML
steps:
  # Downloads a copy of the code in your repository before running CI tests
  - name: Check out repository code
    uses: actions/checkout@v3

  # Performs a clean installation of all dependencies in the `package.json` file
  # For more information, see https://docs.npmjs.com/cli/ci.html
  - name: Install dependencies
    run: npm ci

  - name: Connect to PostgreSQL
    # Runs a script that creates a PostgreSQL table, populates
    # the table with data, and then retrieves the data.
    run: node client.js
    # Environment variable used by the `client.js` script to create
    # a new PostgreSQL client.
    env:
      # The hostname used to communicate with the PostgreSQL service container
      POSTGRES_HOST: postgres
      # The default PostgreSQL port
      POSTGRES_PORT: 5432

Le script client.js recherche les variables d’environnement POSTGRES_HOST et POSTGRES_PORT pour créer le client. Le workflow définit ces deux variables d’environnement dans le cadre de l’étape « Se connecter à PostgreSQL » pour les rendre disponibles pour le script client.js. Pour plus d’informations sur le script, consultez « Test du conteneur de service PostgreSQL ».

Le nom d’hôte du service PostgreSQL est l’étiquette que vous avez configurée dans votre workflow ; dans le cas présent, postgres. Étant donné que les conteneurs Docker se trouvant sur le même réseau de pont défini par l’utilisateur ouvrent tous les ports par défaut, vous pourrez accéder au conteneur de service sur le port PostgreSQL par défaut 5432.

Exécution de travaux directement sur la machine de l’exécuteur

Lorsque vous exécutez un travail directement sur la machine de l’exécuteur, vous devez mapper les ports du conteneur de service aux ports sur l’hôte Docker. Vous pouvez accéder aux conteneurs de service à partir de l’hôte Docker à l’aide de localhost et du numéro de port de l’hôte Docker.

Vous pouvez copier ce fichier de workflow dans le répertoire .github/workflows de votre dépôt et le modifier selon vos besoins.

YAML
name: PostgreSQL Service Example
on: push

jobs:
  # Label of the runner job
  runner-job:
    # You must use a Linux environment when using service containers or container jobs
    runs-on: ubuntu-latest

    # Service containers to run with `runner-job`
    services:
      # Label used to access the service container
      postgres:
        # Docker Hub image
        image: postgres
        # Provide the password for postgres
        env:
          POSTGRES_PASSWORD: postgres
        # Set health checks to wait until postgres has started
        options: >-
          --health-cmd pg_isready
          --health-interval 10s
          --health-timeout 5s
          --health-retries 5
        ports:
          # Maps tcp port 5432 on service container to the host
          - 5432:5432

    steps:
      # Downloads a copy of the code in your repository before running CI tests
      - name: Check out repository code
        uses: actions/checkout@v3

      # Performs a clean installation of all dependencies in the `package.json` file
      # For more information, see https://docs.npmjs.com/cli/ci.html
      - name: Install dependencies
        run: npm ci

      - name: Connect to PostgreSQL
        # Runs a script that creates a PostgreSQL table, populates
        # the table with data, and then retrieves the data
        run: node client.js
        # Environment variables used by the `client.js` script to create
        # a new PostgreSQL table.
        env:
          # The hostname used to communicate with the PostgreSQL service container
          POSTGRES_HOST: localhost
          # The default PostgreSQL port
          POSTGRES_PORT: 5432

Configuration du travail de l’exécuteur

L’exemple utilise ubuntu-latest, l’exécuteur hébergé sur GitHub, en tant qu’hôte Docker.

Le workflow configure un conteneur de service avec l’étiquette postgres. Tous les services doivent s’exécuter dans un conteneur ; ainsi, chaque service exige que vous spécifiiez le conteneur image. Cet exemple utilise l’image conteneur postgres, fournit le mot de passe PostgreSQL par défaut et inclut des options de contrôle d’intégrité pour vous assurer que le service est en cours d’exécution. Pour plus d’informations, consultez l’image postgres sur Docker Hub.

Le workflow mappe le port 5432 sur le conteneur de service PostgreSQL à l’hôte Docker. Pour plus d’informations sur le mot clé ports, consultez « À propos des conteneurs de service ».

YAML
jobs:
  # Label of the runner job
  runner-job:
    # You must use a Linux environment when using service containers or container jobs
    runs-on: ubuntu-latest

    # Service containers to run with `runner-job`
    services:
      # Label used to access the service container
      postgres:
        # Docker Hub image
        image: postgres
        # Provide the password for postgres
        env:
          POSTGRES_PASSWORD: postgres
        # Set health checks to wait until postgres has started
        options: >-
          --health-cmd pg_isready
          --health-interval 10s
          --health-timeout 5s
          --health-retries 5
        ports:
          # Maps tcp port 5432 on service container to the host
          - 5432:5432

Configuration des étapes

Le workflow effectue les étapes suivantes :

  1. Il extrait le dépôt sur l’exécuteur.
  2. Il installe des dépendances.
  3. Il exécute un script pour créer un client.
YAML
steps:
  # Downloads a copy of the code in your repository before running CI tests
  - name: Check out repository code
    uses: actions/checkout@v3

  # Performs a clean installation of all dependencies in the `package.json` file
  # For more information, see https://docs.npmjs.com/cli/ci.html
  - name: Install dependencies
    run: npm ci

  - name: Connect to PostgreSQL
    # Runs a script that creates a PostgreSQL table, populates
    # the table with data, and then retrieves the data
    run: node client.js
    # Environment variables used by the `client.js` script to create
    # a new PostgreSQL table.
    env:
      # The hostname used to communicate with the PostgreSQL service container
      POSTGRES_HOST: localhost
      # The default PostgreSQL port
      POSTGRES_PORT: 5432

Le script client.js recherche les variables d’environnement POSTGRES_HOST et POSTGRES_PORT pour créer le client. Le workflow définit ces deux variables d’environnement dans le cadre de l’étape « Se connecter à PostgreSQL » pour les rendre disponibles pour le script client.js. Pour plus d’informations sur le script, consultez « Test du conteneur de service PostgreSQL ».

Le nom d’hôte est localhost ou 127.0.0.1.

Test du conteneur de service PostgreSQL

Vous pouvez tester votre workflow à l’aide du script suivant, qui se connecte au service PostgreSQL et ajoute une nouvelle table avec des données d’espace réservé. Le script affiche ensuite les valeurs stockées dans la table PostgreSQL dans le terminal. Votre script peut utiliser n’importe quel langage souhaité, mais cet exemple utilise Node.js et le module npm pg. Pour plus d’informations, consultez le module npm pg.

Vous pouvez modifier client.js pour inclure toutes les opérations PostgreSQL nécessaires à votre workflow. Dans cet exemple, le script se connecte au service PostgreSQL, ajoute une table à la base de données postgres, insère des données d’espace réservé, puis récupère les données.

Ajoutez un nouveau fichier appelé client.js à votre dépôt avec le code suivant.

JavaScript
const { Client } = require('pg');

const pgclient = new Client({
    host: process.env.POSTGRES_HOST,
    port: process.env.POSTGRES_PORT,
    user: 'postgres',
    password: 'postgres',
    database: 'postgres'
});

pgclient.connect();

const table = 'CREATE TABLE student(id SERIAL PRIMARY KEY, firstName VARCHAR(40) NOT NULL, lastName VARCHAR(40) NOT NULL, age INT, address VARCHAR(80), email VARCHAR(40))'
const text = 'INSERT INTO student(firstname, lastname, age, address, email) VALUES($1, $2, $3, $4, $5) RETURNING *'
const values = ['Mona the', 'Octocat', 9, '88 Colin P Kelly Jr St, San Francisco, CA 94107, United States', 'octocat@github.com']

pgclient.query(table, (err, res) => {
    if (err) throw err
});

pgclient.query(text, values, (err, res) => {
    if (err) throw err
});

pgclient.query('SELECT * FROM student', (err, res) => {
    if (err) throw err
    console.log(err, res.rows) // Print the data in student table
    pgclient.end()
});

Le script crée une connexion au service PostgreSQL et utilise les variables d’environnement POSTGRES_HOST et POSTGRES_PORT pour spécifier l’adresse P et le port du service PostgreSQL. Si host et port ne sont pas définis, l’hôte par défaut est localhost et le port par défaut est 5432.

Le script crée une table et la remplit avec des données d’espace réservé. Pour tester que la base de données postgres contient les données, le script imprime le contenu de la table dans le journal de la console.

Lorsque vous exécutez ce workflow, vous devez voir la sortie suivante dans l’étape « Se connecter à PostgreSQL », ce qui confirme que vous avez correctement créé la table PostgreSQL et ajouté des données :

null [ { id: 1,
    firstname: 'Mona the',
    lastname: 'Octocat',
    age: 9,
    address:
     '88 Colin P Kelly Jr St, San Francisco, CA 94107, United States',
    email: 'octocat@github.com' } ]